Une nouvelle reine est née, l'ancienne quitte la ruche avec la moitié de sa population. L'essaim, posé à proximité du rucher, attend le retour des abeilles parties à la recherche d'un gîte confortable.

  Moment privilégié de la symbiose entre les abeilles et l'apiculteur : sauraient-elles qu'il leur assurera un gîte sûr, les protègera des parasites, les nourrira en période de disette ? En échange, elles supporteront patiemment les récoltes de miel .

  Une petite grappe d'abeilles groupées sur une brindille : direction une ruchette. Elles sauront convaincre leurs congénères, massées sur le tronc, de venir les rejoindre dans leur nouvelle demeure.  

  Depuis des années, la plupart des essaims se sont posés soit sur ce même cognassier soit sur un autre peu éloigné. C'est le bon coin pour attendre l'arrivée de l'apiculteur.

  Cela lui facilite beaucoup la capture, la ruchette posée sur une table de jardin se peuplera sans autre effort.

Chacun connaît le rôle essentiel des abeilles dans l'agriculture.
 Pourtant, exceptés quelques lieux privilégiés, elles sont victimes d'hécatombes.

Asnières-sous-Bois, au sud de l'Yonne, est un des rares îlots où elles prospèrent encore.

  Merci aux agriculteurs locaux qui appliquent convenablement les traitements phytosanitaires, mais nous bénéficions aussi d'un environnement  protégé par les milliers d'hectares de bois et forêts des alentours. Depuis 2 ans, sur dix colonies, une seule perdue, par désertion.

  Printemps 2016, les dix ruches et les ruchettes en attente des essaimages.

  Souhaitons que cette situation favorable se perpétue .
  Depuis Mai 2009 ans nous vivions sous la menace d'ouverture d'une carrière à proximité du village et maintenant dans l'espoir d'un proche arrêt d'exploitation.
  Les ruchers des apiculteurs du village sont implantés à moins d'un kilomètre des nuisances.
  Une association de défense s'est constituée, si vous prenez le temps de consulter son site " ADCVA89 " , vous constaterez notre détermination à empêcher le saccage de notre village.

  " Nous avons résisté aux glaciations, aux infections, aux insecticides, aux prédateurs ailés ou non, mais sommes décontenancées face aux prédateurs à deux pattes. Certes nous savons nous sacrifier pour éloigner un intrus, mais, pacifiste de nature, nous nous efforcerons de le rester en espérant que notre supplique soit exaucée. "


Accueil